Operations spécifiques
L’approche HIMO a convaincu les sceptiques

Actualité mise à jour le 02 Fév. 2018 à 08:51:06

-

Publié initialement le 2017 Déc. 20


849
L’approche HIMO a convaincu les sceptiques

Haosa Salikreo assise à même le sol, au Centre de Santé Intégré de Mandaigoum, attend, comme Onsele Catherine, Senpa Horsala et une vingtaine d’autres femmes, de passer la visite médicale d’embauche préalable au recrutement sur le chantier de construction de la mare artificielle et d’un forage à énergie solaire au village Mandaigoum dans la commune de Guidiguis. Ces personnes font partie de nombreuses autres sceptiques lors du démarrage du projet.

Les changements directs, concrets dans la vie de leurs congénères ont emporté la couche de doutes qui restait. Car à un km de là, les travailleurs s’affairent à la construction de la diguette qui doit entourer tout l’ouvrage. L’infrastructure a 80 m de long et 60 m de large avec une profondeur de 7 m. Ce qui représente en tout 30 000 mètres cubes de terres à transporter. 19 000 mètres cubes devraient être enlevés par les engins et 11 000 par les ouvriers.

A côté, un bassin de décantation, des abreuvoirs, un château d’eau, un forage alimenté par énergie solaire sortiront de terre. Selon Mme Akono, née Djoubaidatou, qui assure la maitrise d’oeuvre, le taux global de réalisation est de 50%. Elle apprécie l’ardeur des ouvriers au travail. D’autant que tout effort supplémentaire s’accompagne d’une amélioration directe de la rémunération hebdomadaire.

Au final, le bassin de rétention de cet ouvrage devrait avoir une capacité d’environ 20 000 mètres cubes, tandis que le bassin de sédimentation, lui, sera de 500 mètres cubes. Par groupes, la centaine d’ouvriers s’attèlent à la réalisation du projet avec à l’esprit de surmonter l’obstacle de la saison pluvieuse qui s’annonce.

Laissez un commentaire
Aucune réaction