Operations spécifiques
REDD+ : Les acteurs locaux à l’école du mécanisme

Actualité mise à jour le   

-

Publié initialement le 27 Oct. 2017


852
REDD+ : Les acteurs locaux à l’école du mécanisme

Les acteurs impliqués dans le processus d’accompagnement des communes dans l’élaboration d’une note d’idée de projets dans les régions de l’Adamaoua, du Nord, de l’Est, du Centre, de l’Ouest, du Sud-ouest et du Nord-ouest ont bénéficié d’un renforcement des capacités du 11 au 29 Mai 2015. Deux étapes ont permis aux différents acteurs locaux et aux services déconcentrés de l’Etat d’approfondir leurs techniques en vue de l’élaboration de leur projet REDD+ sur financement des Fonds C2D à travers le PNDP.

Le financement sera effectif dès le mois de juillet 2015 dans cinq communes sélectionnées à partir des cinq zones agro écologiques du pays. Ces formations organisées à Meiganga et Bana avaient pour objectif de former les Organisations d’Appui Locales (OAL) identifiées et qui vont accompagner les communes pour le développement de leurs projets. À ce volet central, les participants ont aussi été formés dans le suivi et l’élaboration des Notes d’idées de projets (NIP) pilote communal avec l’appui des OAL et des Services Déconcentrés de l’Etat.

Le PNDP a saisi cette opportunité pour les imprégner et renforcer les capacités des futurs responsables des services déconcentrés, sur les problématiques liées aux plateformes locales, aux coordinations REDD+ régionales et des comités techniques départementaux. Ces initiatives du PNDP au niveau communal répondent aux objectifs de la stratégie nationale REDD+ pilotée par le Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable.

Elle s’articule autour de trois volets : l’appui au développement et à la mise en oeuvre de projets pilotes REDD+, l’appui à la stratégie nationale et la coordination et la gestion. Les critères de sélection sont liés à l’existence au sein de la commune, d’un personnel contractualisé et d’une unité en charge de la gestion des ressources naturelles, d’un espace sécurisé pour le projet, l’absence de superposition de titre et l’exercice des organes de gestions.

Pour asseoir définitivement les objectifs de cette initiative de protection de l’environnement, ces sessions de formations ont permis de faire le point sur les objectifs, les enjeux, et la problématique de la prestation des OAL. Les différents mécanismes ont également été scrutés en plus de leur implication au niveau du développement local. En 13 modules, les participants ont cerné les paramètres techniques d’un projet REDD+.

Le plus dur était le module 9 orienté vers la conception des NIP. Ce d’autant plus que leur dépôt est attendu à la fin du mois de juillet 2015. Des 10 communes impliquées à l’échelle nationale, seules cinq études de faisabilité conduisant au Document Descriptif du Projet seront financées et mises en oeuvre. Le point de départ d’une phase pilote d’un développement vert dans les territoires locaux du pays.

Laissez un commentaire
Aucune réaction