Education: de nouveaux microprojets voient le jour à Mandjou

Actualité mise à jour le   

-

Publié initialement le 16 Fév. 2021


553
Education: de nouveaux microprojets voient le jour à Mandjou

De nouveaux microprojets voient le jour à Mandjou

Par les soins du PNDP, les financements IDA 18 ont permis d’augmenter les capacités d’accueil des élèves dans quelques établissements scolaires de la maternelle, du primaire et du secondaire de cette commune située à une dizaine de kilomètres de Bertoua dans la région de l’Est

C’est dans un bâtiment flambant neuf et équipé de tables-bancs, situé en hauteur et loin du vacarme des habitations du village que la cinquantaine d’enfants inscrits à l’école maternelle d’Adinkol poursuivent désormais leur scolarité. Constitué de deux salles de classes d’un bloc administratif et deux salles de repos, le nouveau bâtiment est la principale attraction  de cette localité de près de 4000 âmes, traversé par la route bitumée reliant Bertoua à Garoua-Boulaï.

 « La situation des apprenants de l’école maternelle y a longtemps été préoccupante » souligne Claudine Ashetkuemun, le coordonnateur régional du Programme à l’Est. Elle se souvient qu’au cours d’une mission sur  le terrain, certains responsables de la Banque Mondiale qu’elle accompagnait coulaient des larmes en voyant la maitresse faire la classe aux enfants dans un hangar recouvert de paille, en plein air, sans tableau et matériels didactiques appropriés pour ce cycle d’enseignement.

Non loin de là, l’école publique de Kouba s’est enrichie d’un bâtiment de deux salles et d’un bloc administratif tous équipés. L’infrastructure s’ajoute au seul bloc qui existait et qui continue d’ailleurs  d’accueillir l’ensemble des élèves de cette école qui se veut à cycle complet. « L’enthousiasme d’intégrer le nouveau bâtiment est perceptible tant chez les élèves qu’auprès des enseignants.  Nous insisterons sur les cours d’éducation à la citoyenneté qui mettent un accent sur le bon usage des salles de classes à l’attention des enfants » relève Labert Abie, le directeur de cette école.

L’avancée des travaux (plus de 90%) de construction du bloc maternel de Boulembé rassure le directeur de l’école publique du village. « Je suis obligé de céder deux salles de classes à la maternelle. Ce qui nous oblige de jumeler les élèves de la section d’initiation à la lecture (SIL) et des Cours Préparatoires (CP) au quotidien. Le nouveau bloc va permettre de décanter la situation » se gargarise Jean Goajio.

Au centre urbain de Mandjou, le lycée technique est l’heureux élu des  financements IDA 18. Accueillant plus d’une centaine d’élèves centrafricains, cet établissement s’est enrichi de deux salles de classes avec bloc administratif. La joie se lit sur le visage des élèves  de la première Economie Sociale et Familiale (ESF)  qui y passent l’épreuve zéro du probatoire. Révolue, l’époque où elles étaient soumises aux intempéries et confrontées à l’inconfort d’une salle de classe faite en matériaux provisoires.

A Adinkol, Boulembé, Kouba et Mandjou l’infrastructure scolaire est à chaque fois accompagnée de la construction d’un bloc de latrine à trois compartiments.  L’ensemble de ces projets IDA 18,  permettront selon le maire Djoni Kassala « d’améliorer les conditions de vie des populations et surtout d’essayer de contenir les populations sœurs venues en grand nombre de la RCA ».
Laissez un commentaire
Aucune réaction