Solutions endogènes : le PNDP s’abreuve à l’expérience Sud-Coréenne

Actualité mise à jour le 20 Août 2018

-

Publié initialement le 18 Août 2018


108
Solutions endogènes : le PNDP s’abreuve à l’expérience Sud-Coréenne

« Avoir faim de changement », tel est l’un des slogans fort émis par le Dr Randall Hoag au cours de la formation qui a réuni les maires et divers acteurs communautaires impliqués dans la mise en œuvre des solutions endogènes du PNDP.

Le 08 août 2018, a marqué le démarrage effectif d’un périple qui a conduit le Dr Randall Hoag dans plusieurs régions du Cameroun à l’effet de présenter l’approche coréenne de changement social appelée ‘’’’Saemaul Undong’’’’. A l’invitation du PNDP, le Dr Randall, directeur de l’école Canaan global leadership center, est venu animer un séminaire de renforcement des capacités des leaders communautaires et communaux à la mise en œuvre des solutions endogènes. Pendant 10 jours, dont 09 sur le terrain, l’Expert a pour mission de présenter et matérialiser l’approche qui a contribué à faire de la Corée du Sud un pays prospère.

En effet, lorsqu’on revient des dizaines d’années en arrière, on retrouve « une Corée du Sud avec une campagne peu développée, rapidement transformée en campagne de pays industrialisé », auteure d'un article sur le sujet. Des années plus tard, c’est un pays ultra modernisé qui se présente à la face du monde, grâce entre autres, à une approche « Saemaul Undong ». Il s’agit d’un mouvement de développement communautaire qui vise à améliorer la vie économique, sociale et culturelle des citoyens, ainsi que leur environnement à travers l’apprentissage de bonnes manières, des valeurs du travail, de la coopération, de l’autonomie, de même qu’une participation active et volontaire des membres de la communauté ».  

Une démarche qui épouse la volonté du Programme National de Développement Participatif (PNDP) de poursuivre activement la mise en œuvre des solutions endogènes au sein des villages constitutifs de chaque commune du Cameroun. Issues de la démarche de planification qui permet d’aboutir à l’élaboration du Plan Communal de Développement (PCD), les solutions endogènes constituent les réponses immédiates apportées par les populations locales aux problèmes qui se posent au sein des communautés. Cela va de la question simple du désherbage des abords des routes rurales, en vue d’améliorer la visibilité des conducteurs, à la construction des écoles ou des points de passage en matériaux provisoires, pour désenclaver les bassins de production, en passant par le développement de l’économie locale, pour ne citer que ces aspects. Il s’agit en somme de la participation pleine et entière des populations à la base, par la mise en œuvre de solutions pratiques et rapides pouvant être complétées par l’apport, tant du gouvernement que de divers acteurs, notamment les élites, la diaspora etc.

Quand on sait que les zones rurales coréennes doivent leur succès à un changement radical de mentalités porté par des slogans forts à l’instar « du travail, du service et du sacrifice » qui doit se faire pour les autres d’abord, on comprend aisément que le PNDP, engagé dans sa troisième phase de pérennisation et de consolidation des acquis, s’appuie sur la méthode appliquée au centre de formation Saemaul Undong, basé dans la cité de Seongnam, à la périphérie de Séoul, capitale de la Corée du Sud, dans le Sud-Est asiatique.

Pendant la phase théorique, les apprenants ont parfois été surpris de devoir se lever pour faire des exercices sportifs, dans un mouvement coordonné qui traduit la place et l’importance de la discipline dans toute démarche de changement de mentalités. Présence assidue de Marie Madeleine NGA, Coordonnateur National du PNDP. Les participants retiennent, avant la descente pratique sur le terrain, qu’il s’agit de planter une semence, une graine que le Minepat et le PNDP vont continuer à arroser.
Laissez un commentaire
Aucune réaction