Résilience : Les municipalités de l'Extrême Nord en conclave

Actualité mise à jour le 22 Mai 2018

-

Publié initialement le 22 Mai 2018


128
Résilience : Les municipalités de l'Extrême Nord en conclave

Ouvert par le tout nouveau Ministre de la Décentralisation et du Développement local (MINDDEVEL), Georges Elanga Obam, l'atelier organisé dans cette région en proie aux effets de la lutte contre la secte terroriste Boko Haram et les rudesses du changement climatique fait suite à une précédente rencontre organisée à Yaoundé, les 26 et 27 janvier 2017 sur le même thème. Dans son propos, il a exprimé la reconnaissance du gouvernement aux différents acteurs impliqués dans la faisabilité de cette activité qui vise à "consolider les acquis des projets à impacts rapides du Fonds Spécial d'Equipement et d'Intervention Intercommunale (FEICOM)" avec notamment la maturation et la recherche de financement des projets suivant les spécificités des bailleurs et guichets. Ce qui, à en croire le Ministre, "donnera corps aux treize prescriptions du Chef de l'Etat en matière de décentralisation au Cameroun".

 

Du premier atelier, il était apparu que les 1300 km qui sépare cette région de Yaoundé, le centre décisionnel, impactait son accès aux informations sur les opportunités de financement des partenaires nationaux et internationaux et en limitait les opportunités de financement. Il avait donc été convenu la mise sur pied d'un programme pour le financement par le FEICOM des projets à impacts rapides dans ces collectivités. 289 projets dans les domaines de l'agriculture, de l'élevage, de l'approvisionnement en denrées alimentaires et de la lutte contre les changements climatiques ont été financés sur ce guichet à hauteur de 4,5 milliards de FCFA.

 

L'atelier, mis en œuvre par le Programme national de formation aux métiers de la ville, a été conçu par l'Ambassade de France au Cameroun, le FEICOM et la Cellule d'Appui à l'Ordonnateur national du FED, avec le soutien de l'Union européenne, du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), de l'Agence Française de Développement (AFD), de Care International, du Programme National de Développement Participatif (PNDP) et des Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC), instance faîtière des communes. 

 

Cette activité de renforcement des capacités des cadres communaux en charge des projets des 47 communes de la région de l’Extrême-Nord et de la Communauté urbaine de Maroua, est une réponse gouvernementale pour le relèvement de cette partie du pays en proie à une crise sécuritaire qui a entraîné une situation de vulnérabilité prononcée, notamment avec l'extension de la pauvreté, la déperdition scolaire, la fracture sociale et générationnelle, les tensions communautaires et la faible connexion avec le reste du pays. Ce que n'a pas manqué de souligner Robert Bakary, Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Maroua, dans son mot de bienvenue.

 

Dans leurs propos, l'Ambassadeur de France au Cameroun, Gilles Thibault, et le Chef de Délégation de l'Union européenne, Hans-Peter Schadek, ont tour à tour justifié leur implication dans cet effort de relèvement par le souci des partenaires au développement d'accompagner le Cameroun dans la résolution des problèmes vécus dans cette région. Ils ont ainsi salué les réalisations obtenues grâce au PNDP sur fonds du Contrat de désendettement et de développement (C2D) et du Fonds Fiduciaire d'Urgence (FFU) pour l'Afrique pour des enveloppes respectives de 3 et 6,6 milliards de FCFA pour le financement de 26 projets de mares artificielles et pistes rurales.
Laissez un commentaire
Aucune réaction