Pie Emmanuel lâche définitivement l’embrayage

Actualité mise à jour le 14 Avril 2020

-

Publié initialement le 13 Avril 2020


404
Pie Emmanuel lâche définitivement l’embrayage

L’une des figures emblématiques de la conduite automobile au PNDP s’est éteinte, le samedi 04 avril 2020, dans un centre hospitalier à Yaoundé.

La nouvelle est tombée comme un couperet sur les différents téléphones et plateformes électroniques de travail du PNDP. L’annonce par Marie Madeleine NGA, Coordonnateur national, du décès de BELIBI PIE Emmanuel, chauffeur au PNDP, a rempli ses collègues et amis de tristesse.

L’homme qui quitte ainsi la scène est une figure de proue du volant au PNDP. Il fait partie des chauffeurs considérés comme des ‘’doyens’’, ayant vu naître le Programme. Leurs coups d’accélérateurs, de freins et divers jeux d’embrayage-débrayage, ont contribué à l’écriture des belles pages du développement local, donner le sourire à des milliers de personnes dans diverses communes et communautés à la base.

Le natif de Zamengoué, dans le département de la Lékié, région du Centre, intègre le PNDP le 01 août 2003, alors qu’on en est encore au stade de la préparation qui aboutira au lancement de la première phase en décembre 2004. Il servira pendant plus d’une décennie à la Cellule nationale de coordination du PNDP à Yaoundé, avant d’être muté, le 20 février 2018, dans la région du Sud. Lors de la célébration des 10 ans du PNDP en 2014, il confessait, au cours d’une interview qu’il accordait à l’équipe du magazine ‘’Les Echos du PNDP’’ « Aujourd’hui, la route est comme une drogue pour moi. Quand je ne suis pas sur les routes, c’est comme si je suis malade ». Et de fait, Pie Emmanuel avait rarement le temps d’être malade, l’appel toujours pressant du terrain, ne laissant que très peu de place à la méforme. Le ‘’Gladiateur du volant’’ comme l’indique Louis Rodrigue Metou’o, sa hiérarchie directe, s’en est allé avec sa discrète amabilité et son professionnalisme rompu à toute épreuve. Il laisse une épouse et des enfants éplorés, une famille professionnelle sous le choc.

 

 

 

Laissez un commentaire
Aucune réaction