Le PNDP valide son Unité d’enseignement (UE) à l’IRIC.

Actualité mise à jour le 15 Mai 2018

-

Publié initialement le 15 Mai 2018


374
Le PNDP valide son Unité d’enseignement (UE) à l’IRIC.

Y a-t-il un modèle unique ou unifié de coopération décentralisée Nord /Sud ou Sud/Sud ? Quelles peuvent être les pistes possibles pour permettre une coopération décentralisée porteuse pour les Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) camerounaises ?

Des questionnements et bien d’autres qui ont jailli à l’IRIC autour du thème « Quelle coopération décentralisée pour une émergence réussie du Cameroun en 2035 ? ». Aux côtés des enseignants Pascal Messanga Nyamding, Mbida Remy, Mandjen Yves, les experts Ntye Ntye Samuel, représentant du FEICOM et Nkami Georges, Spécialiste Socio-environnemental du PNDP, ont brossé l’état des lieux de la coopération décentralisée au Cameroun, face à un auditoire dense composé des étudiants du master Coopération Internationale, Action Humanitaire et Développement Durable de l’IRIC et de certains Maires.

Cette rencontre a permis de poser un regard critique sur la coopération décentralisée, ressortir l'implification forte de l'Etat, à travers ses structures d'intervention, outiller les magistrats municipaux et les étudiants, afin qu’ils puissent avoir des arguments pour promouvoir les collectivités territoriales décentralisées.

Pour Georges Nkami, il s’agit de travailler à donner des ingrédients qui assureront un partenariat gagnant-gagnant pour la valorisation des actifs du terroir. C’est ce à quoi s’attèle le PNDP depuis sa 1ère phase de mise en œuvre en 2004. Grâce, entre autres, à l’élaboration des Plans Communaux de Développement (PCD), véritable boussole pour la commune, l’informatisation de la gestion comptable et budgétaire à travers le progiciel Sim_ba, la mise en place d’instruments pour l'engagement citoyen, avec des enquêtes de satisfaction comme le Scorecard ou encore le mécanisme de gestion des plaintes à travers le numéro vert 8567. « L’assemblage de ces outils permet de s’inscrire dans la bonne gouvernance, idéale et utile pour la coopération décentralisée » a tenu à souligner Georges Nkami.

L’auditoire a été invité à s’approprier l’ensemble des outils jusque-là mis en œuvre par l’Etat, à travers ses différents démembrements, pour consolider une stratégie de coopération décentralisée efficace et faire une meilleure exploitation des éléments de marketing territorial. Tout ceci pour une coopération décentralisée effective et réussie.
Laissez un commentaire
Aucune réaction